Il m’est souvent demandé d’où provient le matériel utilisé pour la création des bijoux M à la Folie.

Avant de tout vous dévoiler, laissez-moi vous raconter la petite histoire des premiers ‘‘bijoux’’.

L’origine des perles

Il y a environ 38 000 ans, nos ancêtres, qui redoutaient les forces naturelles, avaient pour habitude de ramasser des galets, coquillages ou autres trouvailles de la nature (os, corne, graines, bois, résines…) et de les accrocher autour de leur cou pour protéger des mauvais sorts. La mode du bijou ou de l’accessoire pour embellir sa tenue n’était pas encore d’actualité !

Les perles les plus anciennes ont été retrouvées en France, fabriquées par des Néandertaliens, à partir de dents d’animaux et de coquillages.

Puis, l’art de la perle a débuté environ 6 000 ans avant J.C., où les routes commerciales se sont développées entre l’Egypte, la Mésopotamie, l’Afghanistan et la mer Baltique, pour les échanges de pierres naturelles : corail, lapis-lazuli, ambre…

Puis, l’artisanat s’est développé avec la création des perles à partir de nouveaux métaux : le métal et le verre, en utilisant des techniques de taille et de perçage : arc à forer, granulation, filigrane, verre soufflé…

Aujourd’hui, certaines de ces techniques sont toujours utilisées par les lapidaires et joailliers contemporains. Par ailleurs, de nombreux souffleurs de verre exercent toujours pour créer des perles plus belles les unes que les autres.

Les perles utilisées dans les bijoux M. à la folie proviennent des quatre coins du monde !

En effet, selon leur matière, leur décoration et leur mode de fabrication, elles sont créées dans des pays différents.

En voici un petit tour d’horizon.

Les perles de verre

La plupart des perles en verre utilisées pour mes bijoux proviennent d’Inde. Fabriquées de manière artisanale à partir de longues baguettes de verre, chauffées au four ou sous une lampe à pétrole et étirées à la main, elles sont façonnées et débitées selon des formes préalablement choisies, parfois associées à des baguettes de couleur différentes. Refroidies puis réchauffées à nouveau, elles gardent en leur centre une trace d’argile, signe distinctif de cette méthode.

En occident (France, Allemagne, Italie…), les perles de verre sont fabriquées par des artisans verriers, qui utilisent également des sources de chaleur pour donner formes et couleurs à la perle.

Les verriers de Bohème, en République Tchèque notamment, ont une maîtrise parfaite de la finition et des incrustations de métaux précieux. Ce sont les perles en cristal de Bohème appelées ‘perles à facettes’, reprises par une marque actuelle bien connue : Swarovski.origine des perles : toupies swarovski

 

Les pierres fines, précieuses et semi-précieuses, rocheuses et autres minéraux

Notre planète est pleine de ces pierres spécifiques et naturelles que les joailliers utilisent pour créer des perles.

Voici quelques exemples :

  • L’améthyste, de couleur violette, se trouve en Europe, Amérique du Nord et du Sud.
  • Le Lapis-lazuli, d’un bleu situé entre l’azur et l’outremer, on la trouve principalement en Afghanistan.
  • La topaze, d’une couleur saumon, se trouve en Amérique, mais également en France.
  • C’est en mer Baltique que l’on trouve l’ambre, une résine végétale de couleur orangée.

 

origine des perles : bois-corneAutres matières naturelles

De nombreuses autres matières naturelles sont utilisées pour la création de perles, telles que :

  • la corne, l’os (Afrique, Inde, Chine, Philippines)
  • les coquillages (les cauris de Madagascar, des Philippines ou de Polynésie)
  • le bois (Afrique, Océanie)
  • les graines (Brésil)
  • la terre cuite (Pérou)

 

 

Les perles métal

Enfin, je ne peux terminer sans vous parler des perles de métal. Elles se trouvent partout dans le monde, mais ne sont pas travaillées de la même façon selon les pays. Elles peuvent être plus ou moins légères en fonction du matériau d’origine : plaque de métal, argent, or…perles-metal

 

On en trouve en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique, et notamment au Maroc ou elles sont cloisonnées (incrustées d’émaux), en Israël, en Turquie et enfin en Asie.

 


De nos jours, beaucoup de perles sont également fabriquées industriellement, cela permet aussi de trouver d’autres couleurs sublimes avec des formes toujours plus originales.

 

Il y a encore tellement d’autres perles à vous présenter et à découvrir de par le monde qu’il est difficile de tout condenser en un seul article.

Si vous souhaitez approfondir votre connaissance des perles, je vous invite à découvrir un magnifique livre : ” Le Mondes des Perles” de Janet Coles et Robert Budwig, aux éditions Flammarion. Vous y trouverez également des techniques de créations de bijoux.

 

Les bijoux M. à la Folie sont créés à partir de la plupart de ces perles.

 

Mais, j’aime mélanger les matières dans les bijoux et les perles ne me suffisent pas toujours.

C’est pourquoi je travaille le tissu, la feutrine, la mousse, le ruban, le papier, les boutons afin de créer moi-même les objets qui agrémentent les colliers et s’associent aux perles : petits nœuds, fleurs, etc…

J’attache une importance particulière à ces accessoires et j’aime fouiller dans les magasins de tissus ou de loisirs créatifs à la recherche de couleurs, de motifs et de matières qui m’inspirent.

 

 

Enfin, tout ceci ne pourrait rien donner sans une matière première classique, mais néanmoins indispensable : les apprêts.

Ce sont tous les petits accessoires nécessaires au montage de bijoux : chaînettes, fermoirs, support de bagues, crochets de boucles d’oreilles, barrettes à cheveux, broches, perles à écraser, fils, tours de cou, etc…

Pour tout cela, je me fournis en général chez des grossistes. Il se peut que je me fournisse également en magasin de loisirs créatifs. Tout ce matériel est principalement fabriqué industriellement en Asie et est garanti sans nickel. On en trouve trois couleurs principales : argenté, doré, bronze.

 

J’aime prendre le temps de choisir les perles et les accessoires, afin de les imaginer dans des bijoux, de les associer.

 

Les perles proviennent de différents endroits, selon leur matière, leur couleur : sur internet, chez des grossistes, dans des petites boutiques.

Je récupère également des perles sur des bijoux cassés, pour leur donner une deuxième vie.

Chaque bijou M. à la Folie est unique car créé à la main, avec de nombreuses perles uniques également, et surtout, toujours empli de passion.

orgine des perles : collier final

Pas de thème relié à cet article

Pin It on Pinterest

Share This